12063497 1042974259046807 1770910196978451014 n

Fils d'escales Extrait 4

 Ce 4 décembre de l'année 1938, il y avait presque un demi-siècle que James C. n'avait, pour ainsi dire, pas remis les pieds à terre. En tout cas, pas sur celle qu’occupait sa p'tite Chicago, nichée, lovée tendrement sous ce nom dans les replis de sa mémoire. Et s’il avait désiré y accomplir le dernier coup de sa carrière, c’était pour se recueillir au moins une fois sur la tombe de son père, honorer l’unique parole du vieux en laquelle il ait cru : « Fiston, une vie ça se fabrique comme une partition de musique, avec un point d’orgue. » 

Notion obscure à l’époque, mais qui avec le temps avait fini par lui paraître très pertinente. Le vieux avait été pourtant tout ce qu’on voudra, sauf musicien ! Imaginant son fils avocat… « D’affaires » ajoutait-il avec une componction précieuse qui avait le littéralement le don de faire grincer des dents le jeune James ; lui ne rêvait alors que d’être artiste peintre. Autant d’incompréhension avait abouti à une forme de chaos : rien ne s’était passé comme prévu.

 

 
Leurs paumes criaient dans la mienne, leurs yeux m’étouffaient l’âme, Leurs paumes criaient dans la mienne, leurs yeux m’étouffaient l’âme,
Je fis connaissance d’Isaias un jeune Erythréen d’une vingtaine d’ann&eacut...
  Au cœur de cette lenteur se trouve le secret : changer le rapport au temps.
Article instructif dans le Monde sur l'état du marché du livre. On nous alerte ;...
Au cœur de cette lenteur se trouve le secret : changer le rapport au temps.