904740 690813394262897 398042140 o

Enraciné sur son cap, il était passé.

Au pied de laves multimillénaires, inébranlable, enraciné sur son cap, il était passé. Cent cinquante-huit mille tonnes de ferrailles et de marchandises menées par vingt-cinq humains. Derrière lui avait surgi, porté par le vent, le grondement lointain de machines qui ahanaient au rythme de milliers de chevaux-vapeur produits par des pistons et des bielles aussi hauts qu’un immeuble de trois étages. Les bâtiments suivants s’étaient nommés Anastasia II, Vanguard of Norway, Maersk Traveller… Certains avaient défilé sur un horizon indifférent. D’autres s’étaient approchés sur une route dite « de collision », sans dévier, jamais, de leur cap.

 
Des choix en écriture Des choix en écriture
Existe en écriture, un point précis du temps à partir duquel tout bascule : cho...
  Salone, le roman, extrait
 Le gouvernement   de   Stevens   frôlait   la b...
Salone, le roman, extrait